samedi 30 août 2014

Monty Python Creeping Circus

Cet été, Arte a diffusé une nouvelle réunion des Monty Python, 45 ans après le début de leur émission sur la BBC.
http://television.telerama.fr/television/a-londres-on-a-vu-le-monty-python-s-ringard-circus,114573.php

C'était aussi pathétique que ce qui en est dit dans l'article, sauf qu'il faut leur pardonner, ils ont le droit d'avoir été géniaux il y a 45 ans, et d'être fatigués de l'avoir été.
Moi-même je ne me sens pas très bien, et pourtant j'ai été loin d'être génial, ni à l'époque, ni récemment. Ce qui était élégant, dans cette re-création "moins bien que l'original", c'est qu'avec eux sur scène jouait Carol Cleveland, l'actrice spécialisée dans les rôles de bimbo blondasse à l'époque du Flying Circus, sans doute plus que mamie aujourd'hui.
Du coup, ça m'a donné de me replonger dans les 45 fois 26 minutes qu'ils ont commis entre 69 et 72, armé de la liste des sketches.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C3%A9pisodes_du_Monty_Python%27s_Flying_Circus

vendredi 29 août 2014

La mort de la SF ?

Si on m'avait prédit, quand j'ai commencé à lire de la science fiction, que j'assisterais un jour à l'agonie de cette littérature, j'aurais dit que la mort de la SF, c'était de la science fiction.

http://www.telerama.fr/livre/la-science-fiction-n-a-t-elle-plus-d-avenir,115187.php

J'apprécie les énoncés paradoxaux.
C'est comme ça que l'autre jour, mon cerveau a déclaré que les Palestiniens, c'était les Juifs des Juifs.
Ca n'a fait sourire que lui.

jeudi 28 août 2014

[Repost] Dédé et Mireille : Pour coiffeur ? (1987/2012)

[Edit] Fin aout 2014 : il fait le même temps d'agriculteur dépressif qu'il y a deux ans, quand on a enregistré cette chanson dans le jardin.
Donc je reposte.

03/10/2012
petit test de micro :
d'abord les paroles, c'est important les paroles, surtout dans une chanson.



Elles datent de 1987, c'est dire si elles se sont bonifiées dirait la tante à Dédé et Mireille, comme vu précédemment.

Ensuite, la musique, ça ne ressemble pas à de la Dédé et Mireille de 1987, car à l'époque on ne pouvait pas enfermer des animaux et des instruments de musique et des outils de jardin dans un ordinateur, car d'abord ils n'auraient pas fait le bon ménage, et puis c'est à peine croyable mais l'informatique embarquée, c'était bon que pour les astronautes tellement c'était cher, qui n'allaient pourtant déjà plus sur la lune depuis un moment pour causes de coupes franches dans le programme spatial de la NASA vu que la navette Challenger elle avait fait Boum ! 

Et puis les images, ben la Dédé et Mireille je l'ai invitée à passer à la maison cet été, elle a fignolé un peu les textes, puis elle a fait un peu les andouilles dans le jardin devant un Canon 5 D Mark II, et voilà, j'étais moins en forme qu'elle mais ça ne se voit pas, et elle m'a donné du coeur à l'ouvrage, c'est les 100 ciels.


Pour coiffeur ?
from john warsen on Vimeo.

mercredi 27 août 2014

Guillaume Perret & Electric Epic "Thème pour le Rivage des Morts" (2012)



Dans le défi que représente le Numérique pour la Culture, y'a des jours où je me demande si le match n'a pas déjà eu lieu, et si la Culture n'a pas déjà tout perdu face à un Adversaire aussi Redoutable.
Mais quand j'entends Guillaume Perret et que je me refuse à mettre son disque en ligne tellement qu'il est bien, je me dis que ça peut encore marcher et que les frères ennemis peuvent trouver un terrain d'entente.

mardi 26 août 2014

Utopia : résumé de la première saison en 3 minutes

Pourquoi l'Occident décline, pourquoi l'EEIL progresse, pourquoi le conspirationnisme a ses plus beaux jours devant lui : parce que nous préférons céder aux sirènes de la fiction que d'essayer de faire du monde un endroit meilleur.

http://www.skyminds.net/utopia-resume-de-la-premiere-saison-en-3-minutes/

http://geekroniques.fr/series/utopia-saison-2/

lundi 25 août 2014

Où se fournir en comics en vo

Après l'auto-effondrement du forum de pillage collaboratif "forums.updatesofts.com" monté par un étudiant vietnamien dans l'arrière-cuisine du restaurant de ses parents, où vais-je désormais me fournir en infos sur les nouveautés comics vo ?
http://www.comics-sanctuary.com/forum/comics-vo-f10759.html
http://www.bleedingcool.com/forums/dc-comics/71760-vertigo-discussion-thread.html
et le site qui propose environ 800 comics par mois
http://www.comicsforest.com/
et ma prochaine lecture en sus et sur IPad
http://www.comicbookresources.com/?page=article&id=40810

dimanche 24 août 2014

La Seedbox pour les Nuls (moi inclus)

http://nextwarez.com/les-seedbox-comment-ca-marche/

S'il faut s'équiper d'une seedbox pour bien leecher, je crois que je vais faire partie de la France d'en bas, celle qui a la fracture numérique...

lundi 11 août 2014

Les années Béart volume 4 (1965-66)

A l'occasion de quelques semaines de vacances sans ordinateur, j'ai acquis à Tarbes et lu pas loin de Lourdes l'excellente revue Schnock, qu'on croirait écrite pour moi et les miens ("la revue des Vieux de 27 à 87 ans", quoi qu'il m'a semblé l'être dès mon 18eme anniversaire, mais rétrospectivement, ce fut un effet de mes sens abusés) dans laquelle j'ai trouvé une interview de Guy Béart, qui, à 84 ans, balance sur tout le monde, c'est que du bonheur.
Et je me suis rappelé que je n'avais jamais retrouvé les chansons évoquées dans cet article mythique.
En gros, l'album "les grands principes / Qui suis-je" ainsi que celui intitulé "La vérité".
Et comme je n'avais pas d'ordinateur, mes neurones plus performants ont connecté entre eux pour me suggérer où dénicher au retour les perles en question.
Comme si l'immense Béart m'avait chuchoté "Va donc voir là-bas si J'y suis", et en effet, Il y était.

http://www.mediafire.com/download/dqboobi6boq7gll/LAB_Vol4.zip

Il s'en faut de beaucoup que ma joie soit sans mélange : "Les années Béart volume 4" est une anthologie de l'époque qui comprend quelques intruses par rapport à la playlist de départ :

Comme je ne les ai pas écoutées à l'époque, elles ne m'évoquent rien. 


Sur la photo, on voit que Guy Béart se la pétait au moins autant que Jacques Brel.
Il avait de quoi : "Feuille vole" et "De la lune qui se souvient" restent pour moi les archétypes absolus de la chanson de french cowboy, alors que Brel chantait l'horreur du Réel.




En revoyant Brel dans la même position, je pense que c'est les directeurs artistiques qui les obligeaient à prendre la pose. Ou alors ils étaient si beaux qu'ils se tapaient plein de filles qui leur refilaient des morpions de tête, et ça gratte.