lundi 30 janvier 2012

C'est pas pour dire du mal, mais quand même les Boches ils sont organisés



indispensable gazette pour voyager sur la ligne 4
sans plus se soucier des blackettes de frein...

et l'avis de Charles Taylor, le penseur du vivre ensemble
que tout le monde écoute d'un air pénétré,
puis s'empresse de faire l'inverse de ce qu'il suggère.
Sacré Charles.
sans oublier l'indispensable petit dessin de Mix et Remix
qui vaut mieux qu'un long discours.

L'Esprit souffle où il veut, mais pas de ça chez moi !



Sur la même thématique on consultera avec profit en léger différé de nos archives hyper-réfrigérées ce post issu d'une succursale anonyme à responsabilité limitée, après avoir étouffé dans l'oeuf un soupir de reconnaissance à l'endroit comme à l'envers de nos zélées documentalistes, au décolleté aussi vertigineux qu'à la mémoire intacte et pertinente.


jeudi 26 janvier 2012

2000 blagues sur Dieu

 18.
"Un homme est allé à un salon de coiffure se faire couper les cheveux et la
barbe. 
Comme le barbier commença à travailler, ils ont commencé à avoir une
 bonne conversation. Ils ont parlé de tant de choses et de sujets divers.
Quand ils ont finalement abordé le sujet de Dieu, le coiffeur a dit:
«Je ne crois pas que Dieu existe.»

«Pourquoi dites-vous cela ?" demanda le client.

«Eh bien, il vous suffit de sortir dans la rue pour réaliser que Dieu 
n'existe pas. 
Dites-moi, si Dieu existe, y aurait-il tant de gens malades ?

Y aurait-il des enfants abandonnés ? 
Si Dieu existait, il n'y aurait ni
 souffrance ni douleur. 
Je ne peux pas imaginer un Dieu d'amour qui
 permettrait toutes de ces choses. "

Le client a pensé pendant un moment, mais n'a pas répondu parce qu'il ne 
voulait pas commencer une dispute. Le coiffeur a fini son travail et le client a quitté le magasin. 
Juste après avoir quitté le coiffeur, il vit un
 homme dans la rue avec les cheveux sales et une barbe inculte. Il avait
 l'air sale et mal entretenu. 
Le client se retourna et entra dans la boutique
de barbier à nouveau et il dit au coiffeur:

"Vous savez quoi? Les barbiers n'existent pas."

«Comment pouvez-vous dire cela?» demanda le barbier surpris.  
Je suis ici, 
et je suis un barbier. Et vous n’êtes pas le seul à qui j’ai coupé les 
cheveux et la barbe ! »

«Non!» s'écria le client. Les coiffeurs n'existent pas, parce que s'ils
 existaient, il n'y aurait pas de gens avec de longs cheveux sales et la 
barbe inculte, comme cet homme à l'extérieur."

«Ah, mais les barbiers EXISTENT! Voilà ce qui arrive quand les gens ne
 viennent pas à moi. 
« Exactement! a affirmé le client. C'est aussi mon point de vue ! Dieu
 aussi existe ! Voilà ce qui arrive quand les gens ne vont pas à Lui et ne
 demandent pas son secours. 
C'est pourquoi il y a tant de douleur de
 souffrance dans le monde.»


235.
Herbie Hancock, Chick Corea et Keith Jarrett sont au Paradis. Y'a Hancock qui dit "hé les gars, y parait qu'en bas ils disent que le meilleur pianiste de nous trois, ben c'était moi.
Corea : "Hein? ça va pas non? Mais c'est n'importe quoi, enfin, le meilleur pianiste de nous trois c'est moi, c'est Dieu qui me l'a dit"
Jarrett : "Quoi ? Hein? mais j'ai rien dit du tout, moi !!"

235bis.
R: Excellent ! Keith Jarrett avait sans doute bu trop de bières. Mais après
il a ajouté: "A trois caisses j'arrête!" lol

824.
A propos de ma prudence concernant la spiritualité, ça vient qu'en
effet, j'ai eu l'occasion de constater que la grande majorité de ceux
qui s'intéressent à ça sont timbrés. A un moment donné de ma vie, j'ai
fréquenté des librairies ésotériques, des voyantes, des astrologues et
une secte gnostique ; aujourd'hui, je vois des catholiques et des
bouddhistes et c'est exactement le même topo.

457.
Depuis qu'il est sous Seroplex® 10 milligrammes, qui refume comme Stephen Jourdain et se prend pour un petit malin ?


912.
Je l'ai lu, et aucun doute là-dessus :
Patrick Lévy attend. 
Nous aussi, pendant au moins 600 pages écrites encore plus petit que ça.
On lui préfèrera sans conteste "les 2000 meilleures plaisanteries divines", supplément à parution variable de Picsou Magazine, d'où sont extraites les blagounettes six jointes.

mercredi 25 janvier 2012

On n'est pas de bois

8 heures 45 du matin.
Dès la sortie du tramway, mes organes internes m'envoyent un mail de confirmation de l'extrême utilité de vidanger les ballasts avant de rejoindre le bureau, pourtant à portée du biniou de Guillaume, mais le mien est nettement plus court.
Je m'engouffre en feignant la décontraction dans un estaminet du bas-Nantes idéalement situé sur mon parcours.
 Les ballasts une fois vidangés, je sirote un petit black au zinc, moment de bonheur inattendu autant qu'appréciable, en attendant que la vague d'optimisme, qui ne saurait tarder, fidèle au rendez vous que l'almanach des marées de Perros Guirec lui a implacablement fixé il y a longtemps puisque c'était écrit dans le journal, me permette de remonter la rue avec aisance, entrain et à pied pour respecter les préceptes écologiques du déplacement du râble que je me suis fixés dans mon Fjord intérieur, puis de laisser la journée filer, à l'instar du maquereau au bout de son hameçon de 12,  sous le poids des dossiers à boucler pour hier qui s'entassent sur le coin de mon établi comme des mouches sodomites dès que j'ai le dos tourné, en rêvant d'attraper un bon petit coup de mou à la Steve Roach, un qu'est pus étanche depuis longtemps si vous voulez mon navire, prenez-le et bon vent.
 Pour l'heure je chancelle, et jerricane (petit réservoir) d'haut perché sur un tabouret de bar (poisson délictueux quand il est assez zôné), qui semble encore plus branlant que moi.
 Caisse je fais ? je sudjère au barremane de le faire réparer, ou pas ?
 Chez moi la fêlure est à l'irrémédiable ce qu'un coëfficient de 125 est à l'Equinoxe, qui laisse le bigorneau assoiffé sur la grève dans l'angoissante attente du flux salvateur qui doit prendre dans la conscience rudimentaire du bigorneau une forme peu conceptuelle, et pour ma part je l'accepte, c'est d'ailleurs à ce prix (c'est pas très cher au kilo, le bigorneau, surtout à la morte saison) que je puits asséché devenir abstinent, et perdurer, et merdurer aussi des fois, alors que ce pauvre tabouret de bar n'a d'autre liberté que d’accueillir vingt culs les séants qui s'offrent à lui toute la sainte nitouche journée.
Mais d'autres clients, moins avertis et plus imbibés que moi (surtout que depuis que j'ai fait pipi, c'est à dire il y a peu, remonte d'un paragraphe si ça t'est sorti de l'esprit mais ce n'est pas très bon signe, fidèle lecteur à la mémoire traitresse, j'ai atteint une côte de non-imbibation presque inédite dans les annales de ce débit de boisson) pourraient choir d'icelui (le tabouret, remonte d'un paragraphe si ça t'est sorti de l'esprit mais ce n'est guère encourageant pour la suite, fidèle lecteur à la mémoire qui tourne vin aigre) se fissurer la margoulette au point d'en attraper des contusions internes indétectables à l'oeil nu, et si mon silence en est co-responsable, en sera-t-il déclaré coupable au Tribunal de ma Conscience qui se réunit derrière l'église tous les 36 du mois des années bissectrices sauf les wouikendes, les veilles de wouikendes et les jours qui précèdent les veilles de wouikendes ?
D'un autre côté, si j'en cause au garçon de café, qui masque actuellement, et non sans un zeste de sournoiserie, avec toute l'énergie dont la jeunesse insouciante est chargée à bloc sans même lever le petit orteil du pied gauche, sa stupéfiante ressemblance avec Donald Sutherland sous une somnolence revêche en astiquant un pichet de rosé de calibre prêt à gaver, et qu'il entrepred de le réparer, ce fichu tabouret cessera de branler, et un tabouret abstinent dans un bar à pochtrons ne risque-t-il pas de faire fuir la clientèle et de réduire notre ami Donald à la mendicité, le précipitant ainsi dans l'alcoolisme sous l’œil vitreux et compatissant de l'invincible armada de travailleurs sociaux contractuellement contraints par l'Etat de l'aider à modérer sa consommation, même si au fond d'eux-mêmes ils sont impuissants devant l'alcool de l'Autre et que le tabouret n'est pas très haut ? il parait que ça fait quand même moins mal.
Encore une journée compliquée qui s'annonce.

lundi 23 janvier 2012

Spéculations métaphysiques versus Pray Ze Lord : Y'a vraiment pas de quoi s'en faire, mais y'a quand même des trucs à faire.


Ca vous en bouche un coin, hein ? Voire même plusieurs...
D'un côté, un ami m'a affirmé qu'en 2012, il fallait se lâcher, faire tout ce dont on avait envie, parce que c'était la fin des haricots surgelés chez Vivagel, suite aux prédictions mayas sur l'apocalypse imminente et aux effets secondaires indésirables de tous les blockbusters conspirationnistes qu'il s'enfile en douce, ce dont personne ne parle et je suspecte un nouveau complot là-dessous.
 De la façon dont son sms était rédigé, j'ai pensé que pour lui, ça signifiait que ses pulsions les plus enracinées et même pas avouables sur un blog hyper-secret lui mettaient la pression pour être assouvies avant le 31 décembre prochain, en lui promettant de lui lâcher la grappe ensuite (ce qui est le genre de promesse dont on devrait apprendre à se méfier de la part d'une pulsion...)
Un autre ami frétille, à partir d'une lecture un peu différente des mêmes prémisses, à l'idée de la nouvelle ère qui s'ouvre pour l’humanité, un formidable bouleversement planétaire, avec l’émergence d’un mode de penser différent, la construction d’un monde d’amour et de sagesse, et si tous les hommes étaient frères est-ce que je pourrais épouser ta soeur, la pratique de relations fraternelles fondées sur la confiance et la responsabilité de chacun, et je te rendrai tes 10 sacs la semaine prochaine, si d'ici là tu pouvais finir ma compta, ça serait vraiment cool.
Alors, à qui se fier ? Ces 2 potes ont bâti leurs vies sur des croyances dissemblables, que j'ai moi-même pratiquées jusqu'à plus soif pour l'une et avec un sourire un peu crispé pour l'autre, et me voilà bien embêté.
Alors j'ai décidé de mixer les 2, consumé d'un désir consensuel de satisfaire tout le monde dans ce monde de discorde généralisée : faire ce qui me fait le plus plaisir en attendant l'Apocaslip, moi qui me suis humblement délivré de tout désir inavouable avec toute l'évolution spirituelle à moi que j'ai, tout en entrant de plain pied (avec poutres apparentes dans le slip, comme sur des blogs concurrents dont je tairai les noms) dans une nouvelle ère de partage, mais paf, vl'a-t-y-pas qu'ils ferment Megaupload le jour même où j'allais y déposer de nouveaux cadeaux pour enfants sages ?
Vous avouerez que c'est pas d'bol quand même.
Surtout quand on croise les informations strictement factuelles de la vidéo ci-dessus, je veux dire une fois le témoignage  nettoyée des scories culturelles les plus embarassantes pour des spectateurs européens à travers lesquelles il s'exprime dans le temps et l'espace,  avec celles, plus poétiques, de la chanson ci-dessous.


Dont l'interprète a déclaré "Si, au lieu de croire en un hypothétique Dieu, les hommes avaient cru en eux-mêmes et s’étaient respectés, beaucoup de morts, de larmes et de souffrances leur auraient été épargnées. Je ne crois pas en un Dieu, je crois en l’homme, en son incroyable pulsion de vie qui l’a projeté en si peu de temps si l’on considère les milliards d’existence de la terre, des arbres où il vivait en se nourrissant de baies sauvages jusqu’aux lointaines planètes qu’il explore maintenant régulièrement. Rien ne lui a été donné. Son combat pour la survie dans une nature hostile et cruelle où la loi de base est « tue pour ne pas être tué » a été âpre et douloureux. Il faut lui pardonner sa barbarie et toutes ses erreurs. Il fait ce qu’il peut. Il est en devenir. Il s’améliore tout doucement. On ne voit bien la montagne que lorsqu’on s’en éloigne. Il faut apprendre le pardon. Le pardon est notre grandeur, notre humanité, notre altitude, notre dignité, sans lui nous ne sommes que « naturels » et donc cruels.

Ou, comme le disait Machine dans son roman de SF crypto-bouddhiste :
"Qui sommes-nous, pour exiger de vivre avec des gens parfaits ? Si j'étais Saint François d'Assise, je pourrais me plaindre, mais justement, je ne me plaindrais pas. Le simple fait que j'aie à me plaindre prouve que le problème, c'est moi."
(...)

heureusement que moi, c'est pas pareil.

D'autant plus qu'un 4ème larron qui est plus qu'un frère, spirituel, me remet sous le nez au même moment, dans une simultanéité qui fleure bon la synchronicité jungienne,  cette preuve irréfutable du conspirationnisme divin :

Malheureusement, il est déjà bien tard pour en tirer des conclusions hâtives, d'autant plus que cet article aurait amplement eu sa place sur mon autre blog, sur lequel les feuilles mortes se ramassent à la pelle, tu vois, je n'ai pas oublié, et les herbes folles y prolifèrent parmi les graminées et les minets plus maigres par manque de temps au cours de ces putains de 24 heures de répit qui me sont accordés un jour à la fois grâce au programme de rétablissement de 12 étapes.
Mais si je le rouvre aussi, ce caveau plus familial, à la faveur de ce changement d'humeur aussi brutal qu'inespéré après des années à trainer une dépression larvée comme un noyé tirant un landau sous la mère, là c'est sûr que ma femme me plaque... mais bon, après tout y'avait pas marqué dans le contrat de mariage qu'on était destinés à rester ensemble jusqu'au bout du voyage qui m'est offert à bord du train de la vie, ou alors en si petitis caractères que je n'ai rien remarqué... faut dire que j'étais en train de mater la témouine de mon mariage, une Hollandaise sur laquelle mon père a tellement flashé qu'il n'hésita pas à la comparer à une peinture flamande du XVIIeme siècle pendant le repas de noces qui suivit, provoquant une gène ostensible parmi les convives que je ne pus dissiper qu'à coups redoublés de mes vannes les plus ordurières pour détendre l'atmosphère alourdie par la concupiscence paternelle...

Bon, demain c'est décidé, j'irai en réunion des Bloggeurs Anonymes, je leur ferai ma confession en live, rien ne remplace les réunions in Real Life.
In fine, ma conclusion me tombe sous les doigts :
Pray Ze Lord, d'accord, mais Move Your Ass marche aussi.
Quand t'as les deux, c'est mieux.
Mon Dieu, préservez-moi de m'attribuer les mérites de la chance qui est la mienne actuellement et dont je sais bien qu'elles sont dûes en partie aux effets du Seroplex 10 milligrammes, loué soit son saint nom.

Et puis, comme le dit une copine chrétienne, j'ai intérèt à me rappeler que c'est pas moi qui fais, c'est le Père qui fait en moi.
Si j'oublie ça, je suis archifoutu.
A ne pas confondre avec ce que Mon père fait en moi, qui fera sans doute l'objet d'un autre débat à une heure de moindre écoute.
Où ai-je mis mes pilules contre l'oubli ? J'arrive pas à m'en rappeler.



dimanche 22 janvier 2012

Alabama 3 - Exile on Coldharbour Lane (1997)

In the American deep south during the 1930s, two black men were hung for allegedly raping a white woman. Their case becomes a symbol for miscarriages of justice and they went down in history as the Alabama 2.

Over half a century later in South London, the son of a Welsh Mormon preacher meets the offspring of a Glaswegian trades unionist at an underground acid house party and they embark upon the mischievous miscegenation of Hank Williams, gospel and acid house.

Expanding in the mid '90s into a Brixton based collective, they called themselves Alabama 3 and continue to be one of the most joyous, righteous, provocative and inspirationally delinquent bands Britain has ever spawned. 

Mon opinion à moi que j'ai :
Disciples rosbifs & zarbis d'Odeurs qui font une fixette sur la dope, les prédicateurs, les losers pas magnifiques pour un sou, les abus de boisson et leurs conséquences sociales, les groupes de rétablissement spirituel en 12 étapes, en les passant à la moulinette d'hymnes rudement entraînants qu'on croirait concoctés par des fondamentalistes chrétiens borderline, voici leur premier et meilleur album à mon goût, accessible anglicistes chevronnés. Les autres n'y entendront
Une fois qu'on a les titres des songs, on trouve les lyrics un peu partout sur le net et on se poile encore plus passque des fois c'est dur à entraver, la langue de J'expire.
Alabama 3 est surtout passé à la postérité pour la chanson du générique des Sopranos, l'interminable série quasi-entomologique sur une famille italo-américaine de mafieux, présente sur le skeud dans une version plus longue et assez enjouée.
Après cette rudement bath galette, ils ont un peu perdu la niaque au fil des ans, mais il faut bien naître quand on a tété. Et il parait qu'en concert, c'est formidable.

“The thought of not having Alabama 3 fills me with horror”
Stephen King

“A monumental waste of time”
NME

"I don't need no freaky, deeky, fractal geometry, crystal silicon chip. 
 I ain't walking on lay lines, reading no High Times put me on another bad trip. 
 Timothy Leary, just check out this theory, he sold acid for the F.B.I.  
Well, he ain't no website wonder, the guru just went under, you can keep your California Sunshine.
'Cos the righteous truth is, there ain't nothing worse than some fool lying on some Third World beach wearing spandex, psychedelic trousers, smoking damn dope pretending he gettin' consciousness expansion. 
I want consciousness expansion, I go to my local tabernacle an' I sing with the brothers and sisters"



http://www.mediafire.com/?tfutnny2m1e 

Leur site 


Allez en paix. Et sinon, foutez-la moi.

samedi 21 janvier 2012

Marie Dubas - Le Tango Stupéfiant (1928)

Les toxicomanies ne datent pas d'hier...
Cette chanson date des années 1930, écrite par Francis Carco et interprétée par Marie Dubas ( 1894 - 1972) à qui l'on doit également "Mon Légionnaire" (1936).



Merci à Sylvain et Philippe, dont les conversations culturelles et débridées au restau chinois enrichissent mon répertoire.
Celle-là et d'autres tout aussi chouettes, .

jeudi 19 janvier 2012

Du vieux avec du vieux : Brassens revisité



Remake à moustache de l'autre (enregistré dans mon garage avant Jesus Christ mais après un concert de Motorhead) à l'occasion du championnat du Monde des Brassens où j'ai rien gagné, même pas à être connu.
C'était le temps béni où l'on pouvait encore se prendre pour un artiste maudit avant de découvrir qu'on n'était que maudit, et encore, que par sa femme.

mercredi 18 janvier 2012

The Best of the Red Army Choir-The Definitive Collection

Finalement, y'a que ça qui m'éclate vraiment quand j'ai envie d'envahir l'Afghanistan (et Dieu sait que ça m'arrive plus souvent qu'à mon tour)

Partie 1

Partie 2

Partie 3

mardi 17 janvier 2012

Michel Benita & Manu Codjia -Ramblin' (2008)

 J'aime bien ce que fait Michel Benita en electro-jazz (Drastic, Ethics)



Mais là, il me coupe la chique en faisant un pas de côté vers le folk atmosphérique.
Cette année, j'achète des disques, vous faites ce que vous voulez :

 on peut l'écouter ici,

et l'acheter .

Nous vivons une époque moderne.

Sont-y pas beaux ?
On s'en fout, du moment qu'y jouent bien.


lundi 16 janvier 2012

COLETTE RENARD - LES NUITS D'UNE DEMOISELLE (1962)


Que rajouter ? le silence qui suit cette chanson doit vous permettre de prendre le râteau de votre vie, ou à défaut de vous interroger sur pourquoi ça n'arrive apparemment qu'aux autres.

dimanche 15 janvier 2012

"MALIcool" - Roswell Rudd, Toumani Diabate (2002)

Si la remarquable série de David Simon Treme se passait à Bamako plutôt qu'à la Nouvelle-Orléans, MALIcool en constituerait la bande-son idéale.
Et Roswell Rudd n'aurait plus qu'à se mettre un peu de cirage Kiwi pour reprendre le rôle du truculent Wendell Pierce.
C'est Rudd !

Etonnant, non ?
Le lien est dans les commentaires.

samedi 14 janvier 2012

Réouverture du caveau : Soldes d'hiver sur les Phénix aux ailes brûlées et autres Hellblazers

Salut les gars les filles et les transgenres.
En 2009, J'avais tout lu, tout vu, tout bu, et j'étais bien décidé à rester silencieux sur ma tombe que je suis.

Et puis, la vie n'étant que changement, mon humeur s'est améliorée, et je rouvre mon immodeste échoppe, pour la joie du partage et de la découverte de nouveaux talents morts ou vivants.
Entendons-nous bien : il ne s'agit point ici de se comporter comme dans un vulgaire supermarché du Choix Funéraire en profitant de l'absence de vendeur, et de tituber jusqu'à la sortie en traînant derrière soi un cercueil plombé de précieux mega-octets musicaux.
Je ne suis plus non plus, merci Seigneur, en quête d'une éventuelle reconnaissance par mes pairs geeks, comme ces collègues de bureau qui ne peuvent se valoriser qu'en vous prêtant fièrement le dernier film qu'ils ont téléchargé sur Planète Lolo, et vous avez intérêt à le regarder d'ici lundi si vous ne voulez pas vous le mettre à dos.
Ce collègue de bureau, il est facile à reconnaitre : il est assis en face de vous au bureau, et il croit que le collègue de bureau, c'est vous.

 Je n'ai pas besoin d'ajouter (mais je le fais quand même) qu'évidemment, si j'étais un anorexique social, mon Grand Retour parmi la confrérie des auto-addictés du blog aurait quelque chose d'inquiétant.
Mais j'ai la chance d'être entouré de gens positifs, de l'être moi-même en ce moment privilégié qui durera moins longtemps que les impots, et que comme disait Coluche : Si  tu te sens inutile et déprimé, souviens-toi : un jour tu étais le spermatozoïde le plus rapide de tous.

Bref, c'est reparti comme en 14 (d'ailleurs, plus que 2 ans avant le centenaire ! Ach !)

La Grande Nouveauté, c'est que me voici fraichement doté d'une éthique inébranlable :
quand c'est des disques que j'achète tellement qu'ils m'ont plu, je ne les mets plus à dispo des pompeurs du Net, je vous fais juste écouter de quoi il retourne, et après vous prenez vos responsabilités.
J'ai eu trop de remords de participer implicitement à la lente agonie de certains artistes, alors que j'aurais préféré contribuer activement à celle d'autres.
Je ferai peut-être une entorse dans le cas de chanteurs morts et de soldats incornus, dont on sait que la rétribution pécuniaire de leurs succès passés leur est globalement indifférente, et ne peut qu'entretenir une dépendance néfaste chez leurs ayants droits, qui feraient mieux de chercher un travail honnête.
Bref.

Comme l'apocalypse est prévue dans 300 jours, lâchons-nous un petit peu, en tâchant de conserver un peu de la dignité que nous aurons sur thésauriser par ailleurs.
Enjoy.